Charles-Marie Leconte de Lisle (1818-1894): Emmanuel: A Dream of Christmas

Translated by Timothy Adès

Emmanuel : Un Rêve de Noël

…Par les noirs tourbillons de l’ombre j’ai gravi
Les trois sphères du ciel où saint Paul fut ravi;
Et, de là, regardant, au travers des nuées,
Les cimes de la terre en bas diminuées,
J’ai vu, par l’œil perçant de cette vision,
L’empire d’Augustus et l’antique Sion;
Et, dans l’immense nuit de ces temps, nuit épaisse
Où s’ensevelissait toute l’humaine espèce
Comme un agonisant qui hurle en son linceul,
J’ai vu luire un rayon éblouissant, un seul!
Et c’était, entre l’âne et le boeuf à leur crèche,
Un enfant nouveau-né sur la paille fraîche:
Chair neuve, âme sans tache, et, dans leur pureté,
Étant comme un arôme et comme une clarté !

Le père à barbe grise et la Mère joyeuse
Saluaient dans leur coeur cette aube radieuse,
Ce matin d’innocence après la vieille nuit,
Apaisant ce qui gronde et charmant ce qui nuit;
Cette lumière à peine éclose et d’où ruisselle
L’impérissable vie avec chaque étincelle!
Et les bergers tendaient la tête pour mieux voir;
Et j’ai soudainement ouï par le ciel noir,
Tandis que les rumeurs d’en bas semblaient se taire,
Une voix dont le son s’épandit sur la terre,
Mais douce et calme, et qui disait: Emmanoël!
Et l’espace et le temps chantaient: Noël! Noël!

Through swirling mists and eddying gloom I scaled
three spheres of heaven whence St Paul was haled;
across the clouds I saw in distant show
Earth and her peaks diminished far below:
with mystic piercing eye I did behold
Augustus’ empery and Sion of old;
and in that age’s vast obscurity,
thick night, that shrouded all humanity
like one in cerements who strains to scream,
I saw a single shining, dazzling beam!
There at the cattle-stall on fragrant hay
by ox and ass a new-born infant lay:
new flesh and spotless soul, whose purity
seemed an aroma and a clarity!

The joyful Mother and the father grey
opened their hearts to greet this radiant day,
innocent morning after age-long night,
that charms the hurtful and assuages spite,
the streaming light that never can be dark,
imperishable life in every spark!
And as the shepherds craned their necks to see,
through the black sky I heard it suddenly,
while all the murmurs from below were stilled:
a sounding voice, by which the earth was filled!
Gentle and calm, it said, Emmanuel;
and Time and Space sang out: Nowell! Nowell!

Translation: Copyright © Timothy Adès

This entry was posted in Poems and tagged , . Bookmark the permalink.