Émile Verhaeren (1855-1916): Les Rois

Translated by Timothy Adès

The Kings

C’est une troupe de gamins
Qui porte la virevoltante étoile
De toile
Au bout d’un baton vain.

Le vieux maître d’école
Leur a donné congé;
L’hiver est blanc, la neige vole,
Le bord du toit en est frangé.

Et par les cours, et par les rues,
Et deux par deux, et trois par trois,
Ils vont chantant avec des voix
Qui muent,
Tantôt grêles, tantôt fortes,
De porte en porte,
La complainte du jour des Rois.

« Avec leurs cœurs, avec leurs vœux,
Toquets de vair, souliers de plumes,
Collets de soie et longs cheveux,
Et blancs comme est blanche l’écume,
Faldera, falderie,
Vierge Marie,
Voici venir, sur leurs grands palefrois,
Les bons mages qui sont des rois. »

« Avec leurs cœurs, avec leurs vœux,
Jambes rêches, tignasses rousses,
Vêtement lâche en peaux de bœufs,
Mais doux comme est douce la mousse
Faldera, falderie,
Vierge Marie,
Voici venir, avec troupeaux et chiens
Les vieux bergers qui ne sont rien. »

« Avec leurs cœurs, avec leurs vœux,
Sabots rouges, casquettes brunes,
Mentons gercés et nez morveux
Et froids comme est froide la lune
Faldera, falderie,
Vierge Marie,
Voici venir, au sortir de l’école
Ceux qui demandent une obole. »

Et sur le seuil des torpides maisons,
Non pas à flots, ni à foisons,
Mais revêches et rarissimes,
Comme si le cuivre craignait le froid,
Sont égrenés, du bout des doigts,
Les minimes centimes.
Les gamins crient,
Et remercient,
Happent l’argent qui leur échoit;
Et chacun d’eux, à tour de role,
Et sur le front, et sur le torse, et les épaules
Se trace, avec le sou, le signe de la croix.

An urchin troupe
Waves the twirling star
Of cloth at the top
Of a lofty prop.

Old schoolmaster grants
A half-day off.
Winter’s white, flakes dance,
Snow fringes the roof.

In courts and streets
By twos and threes
From door to door they sing
With breaking voices hoarse or strong
This day’s own ballad of the Kings.

“With heartfelt goodwill-vows,
Topknots of ermine, plumes on shoes,
Silk collars, tresses, here we come,
As pale as foam,
Fal-lal, fal-lairy,
Virgin Mary,
On our high palfreys journeying,
We kindly Wise Men, each a king.”

“With heartfelt goodwill-vows
And shaggy legs and russet wigs
And shabby garb of hides of cows
As soft as moss,
Fal-lal, fal-lairy,
Virgin Mary,
Here we come with flocks and dogs,
We the old shepherds, merest dross.”

“With heartfelt goodwill-vows,
Chins chapped, snot-nosed,
Brown-capped, red clogs,
Cold as the moon,
Fal-lal, fal-lairy,
Virgin Mary,
Here we come from schoolroom door,
For an obol, only a coin, no more.”

And on the thresholds
Of torpid households
Not streaming, teeming
But crabbed and sparse, –
Perhaps the brass
Shrinks from the cold? –
Cold hands dispense
Mean sous and cents.
Urchins cry thanks,
Snatch the sum thrown,
And each in turn
On brow, breast, shoulders with the coin
Traces the cross.

Translation: Copyright © Timothy Adès

This entry was posted in Poems and tagged . Bookmark the permalink.