Raymond Genty (1881-1950): Fairies’ Moonlight

Translated by Timothy Adès

Féerie au clair de lune
as adapted by the composer Dutilleux

Un grillon fait un signal
Sur un timbre de cristal
Et dans la pénombre chaude
Où les parfums sont grisants,
La rampe des vers luisants
S’allume, vert émeraude.

Un ballet de moucherons
Tourne, glisse, fait des ronds
Tourne, glisse, fait des ronds
Dans la lumière changeante.

Un grand papillon de nuit
Passe en agitant sans bruit
Son éventail qui s’argente.

Les parfums des grands lys blancs
Montent plus forts, plus troublants,
Dans cette ombre où l’on conspire.

Mais dans cette ombre il y a
Obéron, il y a Titania,
Il y a du Shakespeare.

Les moustiques éveillés
Bruissent autour des œillets
Tout baignés de crépuscule;
Acteurs lilliputiens,
Chorégraphes aériens,
Mille insectes verts et bleus,
Mille insectes merveilleux
Tournent autour des œillets
Et font une ronde effrénée.

Puis, ayant tourné longtemps
Sous les roseaux des étangs,
Sous le hêtre et sous l’yeuse,
Les petits danseurs ailés
Soudain se sont en allés
Dans l’ombre mystérieuse.

Tout se tait. Seul, par moment,
Le léger sautillement
D’une oiselle à longue queue.

Puis, plus rien, plus aucun bruit,
Il n’y a plus que la nuit
Magnifique, immense et bleue.

A cricket gives a signal
striking a bell of crystal
and in the warm half-light
of enervating fragrance
the fireflies’ rack of lanterns
flares, emerald, alight.

Ballet-dancing midges
go turning, gliding, circling
go turning, gliding, circling
in inconstant light.

a great night butterfly
noiselessly passes by
shaking his silver fan.

The great white lilies’ odour
ascends, more troubling, louder,
in this conspiring shadow.
But in this shadow are
Oberon, Titania,
here we have Shakespeare.

Mosquitoes awaken,
buzz round the carnations
that twilight imbues;
airborne Lilliputians,
stage Terpsichoreans,
the greens and the blues,
a marvellous thousand
small insects revolving
around the carnations
in frantic rotation.

Then, after long whirling
in pond-reeds and ivy
and under dwarf oak,
the little winged dancers
are suddenly gone
in mysterious dark.

All’s quiet. But hold hard:
long-tailed little bird,
hop-hopping, so light.

Then nothing, no sound,
but blue and profound
magnificent night.

Translation: Copyright © Timothy Adès

This entry was posted in Poems and tagged , . Bookmark the permalink.